BLOG

SHOP

TRAVEL

ABOUT

SUBSCRIBE

CONTACT

mon rapport à mon corps

20 Mai | Lifestyle

Je vous présente Lisa, 10 ans qui ne prend pas de plaisir à manger, qui n’aime pas passer à table car elle sait que ce sera un long et difficile chantage avec sa maman. « Encore 2 bouchées et tu peux sortir de table » mais moi j’ai plus faim, je cherche pas à me priver, je ne cherche pas à être anorexique, j’ai juste plus faim, je mange à ma faim même si je sais que pour ma maman ce n’est pas suffisant. À chaque visite chez ma grand-mère j’ai le droit à cette fameuse phrase « alors tu manges ? » j’ai l’impression que c’est LE sujet de conversation de toute la famille et ça crée un cercle vicieux, je redoute le passage à table donc je n’ai plus envie de manger…

 

L’adolescence arrive et la faim aussi, je mange d’avantage, plus en quantité qu’en qualité d’ailleurs, j’ai une addiction pour les Chips Barbecue que je peux manger sans m’arrêter avec mes copines ! Je fais beaucoup de danse classique et je ne grossis pas, c’est tout simplement mon métabolisme. A l’époque je ne trouve pas de jean à ma taille, il n’y a pas de 34, et mes pantalons sont grands. C’est à cette période que je rencontre les personnes qui ont créé mes plus gros complexes qui sont encrés en moi : « t’es squelletique » « sac d’os » « alors ça se passe comment les œufs au plat ? » « tes seins n’ont toujours pas poussés ? ». Ces phrases je les entends de la part de « potes » mais pas seulement… Je me déteste mais j’y peux rien, je ne grossis pas mais je mange toujours à ma faim peut être pas assez mais pourtant à ma faim… 

 

J’ai 17/18 ans et je commence à avoir des problèmes de transit… je digère très mal mes repas et je m’éloigne régulièrement au lycée pour aller aux toilettes les plus lointaines. Un professeur repère mes va-et-vient et prévient ses supérieurs ainsi que l’infirmière du lycée. Je suis convoquée dans leur bureau et on m’explique qu’on m’a entendu me faire vomir, que l’anorexie est une maladie et que je dois être soignée pour ça. Définitivement, ce stéréotype de la minceur = anorexie me suivra donc toute ma vie ??? Je suis en colère car je ne vomis pas, non, j’ai juste des problèmes de transit mais ça personne ne le croira…

Je décide de prendre rendez-vous chez un gastro-entérologue, une consultation, une coloscopie et un allergologue plus tard, rien ! On écarte la maladie de Crohn, la maladie de Cœliaque, on ne trouve rien qui explique que tous les jours je digère mal mes repas, on me dit « c’est le stress ça passera avec les années » parce que le stress part en grandissant ?! 

Un second gastro-entérologue puis un troisième et le médecin m’annonce quoi ? Que « c’est à cause de ma maigreur »… encore et encore et je baisse les bras. Laissez moi tranquille, je vivrais avec mes intestins irritables mais je veux plus entendre une seule fois de ma vie que je suis trop maigre.

 

J’ai 20 ans et je fais mes premiers pas sur Instagram, je fais mes premiers pas dans ce monde qui peut être parfois cruel avec sa dose de haters. J’ai le droit à « va manger t’es trop maigre » « les jambes en mode anorexique c’est laid » et j’en passe… Je me forge une carapace années après années car je sais que je mange et que je ne suis pas anorexique mais cette méchanceté gratuite me blesse,  je me demande si ces gens ont réfléchi aux conséquences de leurs mots ? Et si j’étais vraiment anorexique, dans quel état ces commentaires me mettraient-ils ? 

 

J’ai 28 ans dans 15 jours, j’ai une carapace bien forgée, la plupart du temps les messages de haters me passent au dessus, j’ai pris un peu de poids, mes jambes sont moins skinny, mes poignées d’amour sont un peu plus bombées et j’ai désormais plus ou moins confiance en moi et en mon corps. J’ai appris que ça peut être joli d’être mince, j’ai appris que je peux porter de jolies tenues qui mettent en valeur ce corps qu’on a tant critiqué à ma place. Malheureusement, je ne suis toujours pas assez « grosse » pour certaines personnes et je suis en colère car les gens décident à nouveau pour moi de ce qui est bien ou non pour mon corps. Je fais attention à manger sainement à cause de mes problèmes de digestion toujours présents, à faire 3 heures de sport par semaine pour me muscler, à faire disparaitre un complexe disgracieux car j’en ai l’opportunité et on me parle de « faire l’apologie de la maigreur », c’est le comble !

Je me demande toujours pourquoi on dit à quelqu’un qu’il est maigre alors qu’on n’oserait jamais dire à quelqu’un qu’il est « gros ». Pourtant, j’ai moi aussi des complexes et c’est mon droit, être mince ne veut pas dire être « parfaite ». Être mince ne veut pas dire ne pas avoir de cellulite, être mince ne veut pas dire ne pas stocker, ne pas avoir d’amas graisseux à un endroit plus qu’à un autre… Nous sommes en 2020 et les mentalités n’ont toujours pas changées…